Les taux ont continué leur légère remontée en mars

Article publié le 06 avril 2017 - Taux d'intérêt
Légère remontée des taux en mars

Les taux d’intérêt des crédits immobiliers poursuivent lentement leur progression. En mars, ils se sont affichés à 1,51 % (hors assurance), selon le dernier observatoire Crédit Logement. Ils ont retrouvé leur niveau de juillet dernier.

Une remontée tout en douceur

En mars, les taux ont poursuivi leur courbe ascendante. En effet, selon le dernier observatoire Crédit Logement, ils se sont affichés à 1,51 % (hors coût des assurances), contre 1,49 % en février. Dans le détail, les taux pour l’accession se sont élevés à 1,57 % en moyenne dans le neuf, et à 1,53 % dans l’ancien.

Malgré tout, la hausse reste modérée (seulement deux points de base) et ramène les taux à leur niveau de juillet 2016. Rappelez-vous, à cette époque, on parlait de conditions exceptionnelles !

La durée des prêts, quant à elle, s’est établie à 209 mois (223 mois pour l’accession dans le neuf et 226 mois pour l’accession dans l’ancien). "Les durées se maintiennent donc à un niveau élevé, en dépit de la diminution observée en mars", note l’étude. Ce qui est une bonne chose pour les ménages les plus modestes, ou les primo-accédants qui empruntent sur des durées plus longues.

Reconstituer leurs marges

Le dynamisme de la demande n’est donc pas affecté par cette évolution. La hausse reste en effet "bien en deçà de celle des taux des obligations et est toujours plus lente que les remontées qui s’étaient constatées par le passé, lors d’épisodes comparables de tensions sur les marchés obligataires", précise l’observatoire. En effet, le taux de l’OAT 10 ans est passé de 0,1 % en septembre dernier à presque 1 % (0,96 % le 6 avril). Cet indicateur est important pour les banques car il sert de référence pour fixer les taux des crédits immobiliers.

Les établissements le scrutent donc attentivement, et choisissent ou non de répercuter le mouvement. Après deux années de baisse historique (2015 et 2016), les banques ont ainsi décidé de revoir leurs barèmes à la hausse, ce qui leur permet de remonter leurs marges. Mais elles le font pour le moment avec parcimonie, le crédit immobilier étant un produit d’appel soumis à forte concurrence, celle qui proposera des taux moins avantageux que ses concurrentes fera fuir le client.

Sources : creditlogement.fr

© AB Courtage. Article écrit par Aurélie Pagny.
Partager sur :