L’ABC des taux de janvier

Mise à jour le 13 mars 2017 - Taux d'intérêt
Article publié le 10 janvier 2017

2016 vient de s’achever et l’on peut dire que pour le secteur de l’immobilier, elle aura été une année exceptionnelle. Notamment dans l’ancien. Les chiffres définitifs ne sont pas encore connus, mais selon les estimations des professionnels, le niveau record de 2011 avec 850 000 transactions conclues pourrait être dépassé. Pour rappel, en 2012, seules 695 000 ventes avaient été enregistrées.

Du côté du neuf, la reprise semble bel et bien là. 380 000 logements ont été mis en chantier, détaille la Fédération française du bâtiment dans son bilan annuel, contre 346 100 en 2015.

Cliquez sur l’image pour découvrir les chiffres-clés du marché de l’immobilier en 2016

Des taux d’intérêt historiquement bas

Cette bonne santé du marché de l’immobilier s’explique principalement par le niveau historiquement bas des taux des crédits immobiliers. En décembre, par exemple, il était possible pour les excellents dossiers d’emprunter à 1,15 % sur 20 ans ! Conséquences, avec des conditions aussi favorables, les emprunteurs sont venus en masse dans les établissements bancaires : 230 milliards d’euros ont ainsi été débloqués pour des projets de prêts immobiliers, contre 204 milliards d’euros en 2015. Il ne faut pas oublier également les aides à la pierre comme le PTZ ou le dispositif Pinel, qui ont largement contribué à redynamiser le marché.

Que peut-on attendre de 2017 ?

Pour la nouvelle année, les voyants sont au vert d’après une récente étude réalisée pour le Crédit Foncier. Près de trois professionnels de l’immobilier sur quatre se disent ainsi "optimistes" concernant le marché pour 2017. Parmi les raisons de voir l’avenir sous les meilleurs auspices, les professionnels évoquent l’attractivité du marché, le dispositif de prêt à taux zéro, les prix qui devraient rester stables tant dans l’ancien que dans le neuf, mais aussi le niveau bas des taux des crédits immobiliers. En effet, même si ces derniers ont augmenté en janvier, cette hausse reste cependant minime puisqu’elle est, pour le moment, limitée à 10 points de base, comme nous pouvons le constater dans les grilles de nos partenaires bancaires.

Tous les emprunteurs ne seront cependant pas impactés de la même manière par ces augmentations. Les meilleurs dossiers parviendront toujours à obtenir des taux à des niveaux plus avantageux que ceux affichés par les établissements bancaires. Même si les élections présidentielles et législatives vont certainement faire souffler un vent d’incertitudes, le marché immobilier en 2017 devrait donc rester dynamique.  

© AB Courtage. Article écrit par Aurélie Pagny.
Partager sur :