Les insolites immobilier de juin 2019

Mise à jour le 01 juillet 2019 - Actus de l'immobilier
Article publié le 26 juin 2019
maison-verte-islande

Une maison au cœur de la nature, une habitation conçue pour faire la fête, une histoire digne d’un conte de fées… Découvrez nos insolites immobilier de juin.

Des maisons avec des toits en herbe

Les maisons que vous voyez en images sont un symbole et une tradition de l’architecture imaginée par les Wikings, au IXe siecle, en Islande. La tourbe est un matériau de construction assez abordable et est utilisée pour lutter contre le froid. Alors qu’en 1910, on comptait 5 500 maisons en tourbe aujourd’hui on en trouve une poignée, transformées en musées ou sites patrimoniaux. Quatorze de ces sites sont déjà inscrits sur la liste du patrimoine de l’Unesco.

© Guide to Iceland

La maison idéale pour faire la fête

Crazy EVG est une agence de voyage en ligne fondée en 2010 et specialisée dans l’organisation d’enterrements de vie de garçon (EVG). En 2017, ils ont crée leur première "Crazy villa", construite dans la ville de Luigny, en Eure-et-Loir. Derrière ce terme anglais se cache une maison conçue pour fêter des enterrements de vie de garçons où le futur marié fait la fête avec ses témoins et amis avant son mariage. Les habitations sélectionnées, pour organiser ces soirées, sont souvent des lieux calmes, éloignés de tout voisinage. Dans cette maison, ce sont 30 personnes au maximum qui peuvent célébrer ce moment unique. Cette villa comporte une piscine, un terrain de foot, un billard, un barbecue, une borne d’arcade avec 8 000 jeux, une table de beer pong et un babyfoot… Autrement dit tout le nécéssaire pour passer un très bon weekend !

© Crazy EVG

© Crazy EVG

© Crazy EVG

Une maison construite autour d’un arbre

En Inde, une famille a décidé de vivre dans une maison pas comme les autres. En effet, leur habitation a été bâtie autour… d’un arbre centenaire. Si au début le figuier ne posait pas de problème, la famille Kesharwani s’est retrouvée embêtée quand ils ont voulu agrandir l’édifice, l’arbre étant trop imposant. Au lieu de l’abattre, la famille a préféré conserver le figuier, considéré comme sacré dans le pays des Maharajas. "Nous sommes des amoureux de la nature et mon père a insisté pour que nous gardions l'arbre", raconte Yogesh Kesharwani, dont les parents ont développé la maison avec l'aide d'un ami ingénieur. "L'arbre est âgé d'environ 150 ans. Nous savions qu'il était facile d'abattre un arbre mais difficile d'en faire pousser un comme ça." Découvrez cet édifice incroyable en vidéo.

Passé d’un HLM à un manoir estimé à 55 millions d’euros

Lorsque Jordan Adlard Rogers démarre dans la vie, le quotidien est loin d’être un long fleuve tranquille. Il vit dans un logement social avec sa fiancée et son enfant mais ne sait pas de quoi demain sera fait. À 31 ans, l’homme porte une blessure profonde : il ne connait pas son père. Sa mère lui a seulement indiqué, à l’âge de 8 ans,  qu’il est le fils non reconnu d'un aristocrate des Cornouailles, Charles Rogers. À la mort de Charles, Jordan décide d’effectuer un test ADN qui atteste qu’il est bien le fils de l’aristocrate britannique. En plus de découvrir qui est son père,  Jordan découvre qu’il en est l’unique héritier et devient propriétaire d’un manoir estimé à 55 millions d’euros. Une énorme somme qui s’accompagne d’une dotation de 59 000 euros par an grâce à la location des terres de la propriété aux agriculteurs. 

Si vous souhaitez réaliser un projet immobilier, n’hésitez pas à faire appel à AB Courtage pour un prêt immobilier !

Sources : lavieimmo.fr, immobilier.lefigaro.fr

© AB Courtage. Article écrit par Cyril Coantiec.
Partager sur :