Crédits immobiliers : les taux remontent !

Mise à jour le 01 février 2017 - Taux d'intérêt
Article publié le 17 novembre 2016

Après avoir atteint des niveaux historiquement bas, les taux d’intérêt des crédits immobiliers pourraient bien remonter plus rapidement que prévu, dans le sillage de ceux de l’OAT 10 ans. Ces derniers ont en effet doublé en quelques jours. Le point avec AB Courtage.

L’effet papillon

Vous connaissez l’effet papillon, matérialisée par cette formule : le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? Si l’on essayait d’adapter cette expression au contexte actuel, cela pourrait donner : l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis peut-elle avoir un impact sur les taux d’intérêt des crédits immobiliers en France ? Et il semblerait que la réponse à cette surprenante question soit oui.

Envolée des marchés obligataires

Comment ? Tout simplement parce que le programme économique, encore flou, du nouveau locataire de la Maison Blanche a mis les marchés sens dessus dessous. Baisses d’impôt, grands projets d’infrastructures, etc. les spécialistes y voient là des conséquences inflationnistes. Résultat, sitôt Trump élu, les taux obligataires ont connu une véritable flambée. Aux États-Unis, le taux à 10 ans (T-Bond) est ainsi passé de 1,8 % à 2,2 % en seulement quelques jours. De son côté, la FED (la Réserve fédérale) pourrait bien remonter drastiquement son taux directeur en décembre. Ce mouvement de hausse s’est propagé comme une traînée de poudre en Europe. Le Bund, le taux obligataire allemand, est revenu en positif et en France, celui de l’OAT 10 a quasiment doublé ! Il est passé de 0,45 % le 8 novembre, le jour de l’élection américaine, à 0,83 % le lundi 14 novembre.

Conséquences sur les taux des prêts immobiliers

L’OAT 10 ans servant de référence aux taux des prêts fixes, nul besoin d’être fin mathématicien pour comprendre que cette hausse va fatalement être répercutée sur les barèmes des taux immobiliers. Et que d’ici quelques semaines, le crédit va être plus cher. "À l’occasion de nos échanges avec nos partenaires bancaires, tous nous confirment une hausse - certes modérée - attendue au plus tard pour janvier. À noter que les profils les plus fragiles (peu d’apport, revenus modestes) risquent de faire, les premiers, les frais de ces hausses", confie Éric Debèse, Directeur opérationnel d’AB Courtage. Novembre pourrait ainsi être le dernier mois de baisse pour les taux des crédits immobiliers. Il est donc encore temps de concrétiser votre projet immobilier ! Sources : lesechos.fr, pap.fr

© AB Courtage. Article écrit par Aurélie Pagny.
Partager sur :