Comment renégocier son crédit ?

Mise à jour le 26 novembre 2018 - Prêt immobilier
Article publié le 22 novembre 2018
Renégociation crédit immobilier

Les taux de crédits restent toujours bas en novembre. C’est le moment idéal pour renégocier son crédit si vous l’avez contracté durant une période économique moins favorable que celle d’aujourd’hui ! Mais comment s’y prendre ? AB Courtage vous conseille !

Renégocier son crédit

La renégociation du crédit est le fait de demander à son banquier de baisser le taux d’intérêt de votre prêt afin de profiter d’un meilleur taux. Le banquier n’est pas obligé d’accepter la demande du client mais c’est dans son intérêt d’accepter s’il ne veut pas perdre son client. Depuis 2008, les taux d’intérêt des crédits immobiliers n’ont fait que de baisser pour atteindre, en 2018, 1,60 % en moyenne sur 20 ans. Grâce à la renégociation de crédit, vous pouvez faire de vraies économies surtout quand vous avez emprunté une grosse somme d’argent. Plus d’un tiers des dossiers qui parviennent aux établissements bancaires sont des renégociations ou des rachats de crédits.

Tout d’abord, il faut savoir que le remboursement du crédit est constitué de deux parties. La première est le remboursement des intérêts et la deuxième est le remboursement total. Pendant la première partie du prêt, les deux parties sont remboursées à part égale mais à la fin, l’emprunteur rembourse seulement son capital restant dû. Il vaut donc mieux renégocier son crédit avant cette deuxième partie, car les banquiers n’accepteront pas une renégociation de crédit si les intérêts sont déjà remboursés.

Il faut savoir que même si le banquier accepte de renégocier votre taux de prêt immobilier, ce taux ne sera jamais le même que celui proposé à la souscription d’un nouveau crédit. La renégociation de crédit ne comporte aucun frais sauf les frais de dossier qui peuvent être négociés avec votre banquier.

Rachat de crédit

Lorsque votre banquier ne veut pas vous accorder un taux plus bas, vous pouvez avoir recours aux banques concurrentes qui peuvent racheter votre crédit. Cela consiste à signer un nouveau prêt qui rembourse l’existant à un taux plus avantageux.

Mais il ne faut pas oublier que le rachat de crédit par un autre établissement engendre des coûts : les indemnités de remboursements anticipées, de nouveaux frais de garantie et les nouveaux frais de dossier et de courtage. Il faut alors bien calculer le montant de ces dépenses par rapport aux économies réalisées grâce au changement de banque.

Lors d’un rachat de crédit, vous pouvez également en profiter pour changer votre assurance emprunteur. Depuis la loi Lagarde de 2010, vous pouvez choisir vous-même votre assurance emprunteur. En cas de doutes ou de questions, n’hésitez pas à faire appel à un courtier.

La renégociation est-elle rentable ?

La renégociation est toujours rentable dans la mesure où votre taux de crédit baisse et aucun frais n’est ajouté. Mais le taux d’intérêt sera moins faible que celui proposé par une banque pour la souscription d’un nouveau crédit. Il faut toujours calculer si la renégociation est avantageuse. Un rachat de crédit met entre 2 et 3 ans à être rentable. Pour cela, posez-vous quelques questions : allez-vous garder votre bien pendant longtemps ou pensez-vous le revendre ?

Avant de vouloir renégocier votre crédit immobilier, vérifiez bien que ces informations soient respectées :

- l’écart entre les deux taux. Souvent les banques veulent une différence de taux d’environ 1 point. Sur des prêts élevés, ce chiffre peut descendre à 0,7 point.

- la renégociation doit se faire le plus vite possible, lorsque la part des intérêts dans les échéances de remboursement est encore importante.

- la part du capital restant dû doit être de 50 000 euros au minimum.

Si vous souhaitez renégocier votre prêt immobilier, n’hésitez pas à faire appel à AB Courtage, l’expert du courtage en prêts immobiliers ! L’un de nos spécialistes vous aidera dans vos démarches pour obtenir auprès des banques le taux le plus intéressant pour vous.

Sources : bfmtv.com, capital.fr

© AB Courtage. Article écrit par Monika Mierzwa.
Partager sur :