La taxe foncière augmente de 14 % en France

Mise à jour le 06 novembre 2017 - Actus de l'immobilier
Article publié le 31 octobre 2017
la_taxe_fonciere_augmente_de_14_en_france.jpg

Si vous êtes propriétaire, vous avez déjà dû régler votre taxe foncière. Cette année encore, cet impôt se distingue par une forte hausse généralisée. Les détails.

Un chiffre : 14 %

Ce pourcentage correspond à la hausse de la taxe foncière entre 2011 et 2016, selon l’Observatoire annuel des taxes foncières sur les propriétés bâties menée par l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI). Chaque année, la note est plus salée pour les propriétaires. Mauvaise nouvelle, cette tendance n’est pas prête de fléchir. Jean Perrin, président de l’UNPI confirme la gravité de la situation car "la taxe foncière reste le seul indice en augmentation alors que tous les autres baissent (taux d’intérêt, inflation, etc.)." Petite particularité dans cette hausse généralisée : il existe des fortes disparités selon les communes.

Des disparités abyssales

La taxe foncière a explosé sur les cinq dernières années. Mais les chiffres nous apportent un autre enseignement : les disparités entre les communes vont parfois du simple au double. Ainsi, la ville de Lille connaît une des hausses les plus fortes avec 32,24 % alors que Roubaix, située à 15 km de la "Capitale des Flandres", subit une hausse de "seulement" 14,68 %.

Comment expliquer un tel écart ? Il faut se tourner vers les bénéficiaires que sont les villes, les intercommunalités et les départements. Ce sont les assemblées délibérantes des collectivités qui définissent une baisse ou une hausse du taux de la taxe foncière (en respectant les plafonds). Une taxe qui devrait continuer à augmenter afin de compenser la disparition de la taxe d’habitation pour 80 % des Français.

Seule bonne nouvelle révélée par l’étude, sur les 50 plus grandes villes de France, 32 gardent une taxe foncière identique à celle de 2016. Certaines ont même baissé leur taux, c’est le cas à Saint-Étienne, Nice et Grenoble. Ainsi, il n’est pas rare de voir des particuliers prendre ce critère lors de leur projet d’achat immobilier.

Contester le montant de votre taxe foncière

Si vous jugez aberrant le montant que vous venez de régler, sachez qu’il est possible de contester le paiement.

Vérifiez la valeur locative cadastrale : élément de base servant à calculer la taxe foncière. Sa valeur est égale à la valeur locative multipliée par le taux d’impôt.

Si votre valeur cadastrale est inférieure à celle indiquée sur la taxe d’habitation, il ne s’agit pas d’une erreur de l’administration fiscale. En effet, pour définir la base d’imposition de la taxe foncière, la valeur cadastrale est divisée de moitié.

Si votre valeur cadastrale a augmenté par rapport à l’an dernier, vous pouvez demander au cadastre l’imprimé 6675M relatif aux éléments permettant de calculer la valeur cadastrale de votre bien (surface réelle, surface pondérée, situation, etc.).

En cas de doute, vous pouvez vous rendre au centre des impôts pour obtenir de plus amples explications.

Source : francetvinfo.fr, lci.fr, ooreka.fr, lexpress.fr, leparisien.fr

© AB Courtage. Article écrit par Cédrik Jagou.
Partager sur :