Les insolites immobilier d’août 2017

Article publié le 10 août 2017 - Actus de l'immobilier
Les insolites immobilier d'août 2017

Des phares vendus aux enchères, une maison qui n’a pas besoin d’électricité… Découvrez nos insolites immobilier d’août 2017.

Une maison respectant l’environnement

Si vous cherchez à acquérir une maison écologique, ne cherchez plus : elle est en Normandie, et plus précisément à Neufchâtel-en-Bray, à 2h30 de Paris. Particularité de cette construction actuellement en vente : elle est sur pilotis et n’est pas reliée à un système électrique.

L’architecte Jean-Baptiste Barache, actuel propriétaire et concepteur de la maison, voulait un lieu de vie qui ne ferait qu’un avec la nature. Il est donc allé encore plus loin dans cette logique en créant, dans cette structure de 180 m², des éléments en sapin, en cèdre rouge, une isolation en laine de roche et de bois, et un four à bois en guise de chauffage. La baie vitrée se chargeant d’apporter la lumière naturelle à ceux qui seraient dans le salon cathédrale.

Château à vendre

"La Barden est le plus pittoresque et le plus ancien château de Provence". Le décor est planté par le peintre aixois Marius Granet. Ce dernier a séjourné à de multiples reprises dans cette forteresse médiévale, nichée au sommet du Vallon de Maurel. Érigé au XIe siècle, le château est un bien d’exception. Aujourd’hui, il est en vente pour 15 millions d’euros, hors mobilier. Mais les propriétaires peuvent vous les proposer en option.

Côté chiffres, la demeure couvre une superficie totale de 5 185 m² avec un jardin de 300 hectares conçu par André Le Nôtre, le jardinier de Louis XIV. Rien que ça. Il faut également savoir que ce château est resté entre les mains de la même famille pendant 500 ans. Cette vente sera donc inédite à bien des égards !

L’entonnoir de l’espoir

Quand le design sert l’écologie, on peut dire que le travail des architectes est réussi. En Iran, le cabinet BMDesign a planché sur un concept de collecte et de stockage d’eau de pluie pour les bâtiments. Le but étant de ne pas se reposer sur la climatisation, qu’on a souvent tendance à pousser au maximum.

Après de multiples essais, ils ont réussi à développer un système de vasque. Appelé "Concave Roof", l’entonnoir est placé judicieusement sur les toits afin de récolter l’eau de pluie et ainsi éviter l’évaporation. Un vrai défi dans une région où le mercure flirte avec les 40 degrés. Un concept simple, auquel il fallait tout de même penser. Selon l’un des architectes, la vasque est conçue pour que "même la plus petite quantité de pluie ruisselle et puisse former des plus grosses gouttes, qui sont récoltées avant qu’elles ne s’évaporent". Un système qui devrait permettre d’obtenir 28 m3 d’eau en une année, le tout en respectant le style architectural de la construction. Chapeau pour ces couvre-chefs !

Shutter Island 2

Little Ross, une petite île écossaise pleine de charme, est actuellement à vendre. Pourtant, l’agence immobilière en charge de la transaction ne trouve pas preneur. La raison ? Il semblerait que les lieux soient hantés. Hormis ce détail, le bien immobilier a de quoi vous faire oublier la terrible malédiction qui plane sur ces lieux : un "shieling" de dix hectares de terrain, avec six chambres, un salon et deux salles de bain et une vue dégagée unique. Coût du dépaysement : 367 000 euros.

Un prix raisonnable, certes, pour cette île privée qui dispose même d’une plage de galets. Mais un grain de sable contrarie la vente de ce bien singulier. À quelques mètres de la maison principale se dresse un vieux phare dans lequel on a retrouvé, dans les années soixante, le corps sans vie du gardien de l’époque, assassiné par son assistant. Depuis, la légende raconte que le fantôme du cicérone traîne son spleen dans la tour et les pièces attenantes. L’agence immobilière ne désespère pas, elle a d’ailleurs produit une vidéo pour vanter les charmes de l’archipel.

Les fantômes ne vous font pas peur ? Alors n’hésitez pas à acheter cette maison si vous recherchez l’isolement le plus total.

Un château haut en couleur

Après avoir repeint une église et même installé un plongeoir multicolore en plein Paris, le peintre espagnol Okuda San Miguel, considéré comme le pape du pop surréalisme, vient de récidiver !

Cette fois, son terrain de jeu n’est autre que le château abandonné de La Valette de Pressigny-les-Pins. Cette construction a connu la Seconde République espagnole des années 30 et l’avènement de la triste période franquiste en 1936. Grâce à l’autorisation de l’association Urban Art Paris, Okuda a pu redonner des couleurs à l’édifice et gommer son histoire sombre. Et on peut dire qu’il ne manque pas de couleurs pour exprimer sa créativité une fois le pinceau en main. « Skull in the Mirror », est le nom de l’œuvre qui s’étale sur les deux ailes du château. Du bleu, du jaune, du rouge, du vert, etc. Bref, tout le nuancier y est passé !

Quand un château français du XIXe rencontre la mode pop art de l’artiste Okuda San Miguel, cela donne un résultat détonant. Le résultat en images.

Source : explorimmo.com, lefigaro.fr

© AB Courtage. Article écrit par Cédrik Jagou.
Partager sur :