L’ABC des taux de février 2018

Mise à jour le 19 février 2018 -
Article publié le 09 février 2018
abc-taux-fevrier-2018

Une nouvelle qui va rassurer les futurs emprunteurs : en février, les taux d’intérêt des crédits immobiliers restent stables ! D’après les premières grilles que nous avons reçues, nous avons pu noter quelques ajustements à la hausse ou à la baisse selon les établissements, mais rien d’inquiétant. Les taux sont toujours aussi attractifs. Ainsi, il est possible d’obtenir un crédit à un taux de 1,43 % sur 15 ans, de 1,71 % sur 20 ans et de 1,88 %sur 25 ans.

Des conditions encore exceptionnelles

Cet attentisme des banques s’explique aisément : la demande de crédits est moins soutenue en ce début d’année. Les primo-accédants, tout comme les secundo-accédants sont moins nombreux par rapport à janvier 2017, qui avait été une année exceptionnelle. Les établissements sont donc prêts à consentir à beaucoup d’efforts pour attirer les emprunteurs. Notamment les meilleurs profils qui peuvent bénéficier de conditions de crédits exceptionnelles avec 1,10 % sur 15 ans, 1,30 % sur 20 ans et 1,45 % sur 25 ans.

Grille des taux de février 2018

L’attrait de l’immobilier neuf

Les taux vont bien, il en va de même pour le marché de l’immobilier. Et particulièrement dans le neuf. En 2017, le secteur de la construction a poursuivi sur sa belle lancée, avec 418 000 logements mis en chantier et plus de 500 000 permis de construire délivrés (soit respectivement +17 % et +12 % sur un an, de novembre 2016 à octobre 2017). Pour cette année, le marché devrait rester dynamique, selon la Fnaim. En effet, pour la première fois depuis le début des années 2000, le taux de rotation (nombre de ventes par rapport au marché existant) a atteint 2,8 % en moyenne nationale.

La prolongation pour quatre ans des deux principaux dispositifs de soutien au logement neuf - le prêt à taux zéro pour l’accession à la propriété et la loi Pinel pour l’investissement - est sans aucun doute une bonne nouvelle pour le marché. Mais leur recentrage sur les zones tendues laisse néanmoins peser quelques incertitudes sur le volume des ventes de logements.

Toutefois, plusieurs facteurs de soutien à la demande permettent de rester optimistes : le désir toujours très présent des Français d’accéder à la propriété, le fait que l’immobilier soit considéré comme une valeur refuge et bien entendu les taux d’intérêt qui ne devraient pas connaître de hausse brutale cette année.

© AB Courtage. Article écrit par Aurélie Pagny.
Partager sur :